Nous sommes parties  il y a un ans à Nanterre dans la Ferme du Bonheur. Sophie, Amandine, et Flavie ont découvert ce lieu via une connaissance faite aux Rencontres de Taizé. On a donc décidé d'y passer 3 jours afin d'y prêter main forte dans le potager, de comprendre et de découvrir ce lieu pour le moins inédit.

 

 

Photo0041

 

L'association :

La Ferme du Bonheur est une ferme implantée à coté de l'Université de Nanterre il y a quelques années. On l'a découvre cachée derrière des tôles en ferraille qui l'isolent totalement de la civilisation urbaine. Dans cette ferme on y retrouve des personnes (participant au bon fonctionnement de la Ferme) et différentes espèces animales parmi lesquelles on rencontre Hélène Destroye, la truie, star incontestée de la Ferme ! Ils ont aussi des espèces anciennes comme leurs montons nécessitant peu d'entretien. Depuis trois ans ils ont pris possession d'une friche et lui redonnent vie petit à petit. Dans cet espace vert sont regroupés les moutons ainsi qu'Hélène dans leur enclos ou encore le potager de la ferme. La Ferme du Bonheur joue un rôle social important dans Nanterre à travers ses nombreux projets culturels : théâtre, festival, bénévolat dans la friche, permettant ainsi la rencontre de personnes venant de tout milieu. De plus, les fondateurs du lieu ont pour philosophie de réhabiliter les espaces verts souillés par l'urbanisationet ils aspirent également à un mode de vie simple où ils vivent en autarcie, en harmonie avec la nature. Ils ont appelé ce concept "l'Agropoésie".

 

L'action :

Après 2h route, les Blésoises n'ont pas manqué d'occupation. Au programme il y avait de multiples travaux agricoles :

  • Désherbage du potager
  • Entretien et nettoyage de l'espace veillée/détente.
  • Fabrication de l'enclos d'Hélène
  • Création d'un chemin pour les moutons (déboisement) afin qu'ils broutent de l'herbe ailleursque sur les espaces de l'université.

Nous avons  pu aussi découvrir une activité culturelle de la ferme : le théâtre libre et original.

 

 

 

Une anecdote :

Dans ce lieu imprévisible nous sommes allées d'imprévu en imprévu. Nous avons du improvisé une chasse au lapin avec un bénévol allemand dans la friche. Nous avons été surprises par l'originalité de la pièce de théâtre notamment à cause de la nudité imprévisible. Nous avons également passé des nuits mouvementées à cause du RER et des avions passant très près du sol. De plus, nous avons découvert de nouveaux habitants dans la friche. En effet, les friches parisiennes sont habitées par des immigrants dans des abris de fortune. Nous avons donc eu l'occasion de partager un repas avec des immigrés bulgare, de discuter, d'échanger sur l'immigration et leurs conditions de vie en France. Un rencontre enrichissante !